l’orangie

Taoïsme, impressionnisme.

Posted in Au bout du comptoir by loranji on octobre 4, 2014

Zhuang Zi ne reconnaît à personne le droit d’émettre des concepts, cette obsession grecque pourrait-on dire. Mais surtout confucéenne, en l’état.

Zhuang Zi l’indomptable a choisi l’empirie en regardant la nature. L’ambivalence plutôt que la certitude du oui, ou du non, de la thèse et de l’antithèse. Empirisme radical à la William James peut-être bien.

Mon petit doigt me dit que la Nature chez le Zhuang Zi est aussi cette porosité entre l’individu et elle ; entre l’organisme et l’environnement. Et finalement, qui suis-je pour juger de ce que je crois voir de l’extérieur (la nature) alors que je suis partie prenante avec elle, malgré moi ou pour mon plus grand bien ?

En cela, le taoïsme du Zhuang Zi est peut-être ce que l’impressionnisme est à la peinture : un lâcher-prise de l’individu post-moderne avant l’heure.

L’oeil, plein de l’eau de l’étang que je peins.

water lilies nymphéas claude monet

Nymphéas, Claude Monet