l’orangie

Philippe Jaccottet 5 – De l’admiration motrice – Vidéo Dailymotion

Posted in Hommage, Mots by loranji on mai 1, 2013

« Mon travail d’écrivain, piloter une barque mais en même temps la laisser suivre le courant ». Philippe Jaccottet. Joliment dit.

Via Rumeur d’espace http://wp.me/1c8Sd

Philippe Jaccottet 5 – De l’admiration motrice – Vidéo Dailymotion.

Publicités
Tagged with: ,

Michael Jackson annonçait Obama

Posted in Hommage by loranji on juin 26, 2009

En fait c’est assez simple. Vous retirez Michael Jackson, vous mettez Barack Obama, vous gardez les plans sur le public, métissé, et vous obtenez la liesse de l’élection d’Obama. Avec trente ans d’écart, Michael Jackson annonçait la victoire d’Obama.

C’est drôle, la mort de Michael Jackson

Posted in Hommage by loranji on juin 26, 2009

Mais oui c’est drôle, la mort de Michael Jackson (site officiel ici) me fait penser à celle d’Edith Piaf*. Je n’étais pas né lorsque la Môme a rejoint son Marcel, mais je me souviens d’une chose que les chroniqueurs historiques répètent à l’envi lorsqu’ils évoquent la grande dame : Jean Cocteau a eu la mauvaise idée de mourir le même jour, un manque de tact qu’on ne lui connaissait pas. Mal lui en a pris, son décès a été occulté par la disparition de l’inoubliable interprète de « Y’en a un de trop ».

Mais quel rapport avec Michael Jackson mis à part le fait que Michael dans le clip thriller ressemble un peu à Edith au lendemain de ses deux accidents de voiture ? Et bien tout simplement que leur mort en cache une autre. Farrah Fawcett est un peu le Jean Cocteau d’Edith. Bien sûr leur point commun s’arrête là, comme en témoignent ces deux photos, Jean et Farrah sont de fait, relativement dissemblables physiquement. Farrah est, semble-t-il, plus sexy et je me demande quand même si Jean Marais n’aurait pas un peu franchement craqué, au même titre que tout individu appartenant aimablement au genre humain (ce qui exclut de fait le président Troufion Ahmadinejad et Momo Ben Laden).

jean_cocteaufarrah_fawcett

Pour conclure et pour résumer, et pour ceux et celles qui se seraient emmêlés dans mon propos, la mort de Michael Jackson occulte celle de Farrah Fawcett (quel nom superbe en plus !) au même titre que celle d’Edith Piaf faisait oublier celle de Jean Cocteau.

Mais, au fond, que Michael Jackson en soit remercié. Combien de gens, en entendant le nom de Farrah Fawcett, diront lors de conversation entre amis « ah bon elle est morte ? » C’est une autre façon de rester vivant dans l’esprit des gens, finalement.

* en somme Jackson et Piaf, ça nous fait là de gros vendeurs de cd dcd

Libé a Bashung et le Figaro, c’est plutôt…

Posted in Hommage by loranji on mars 17, 2009

Bon. Maintenant il sont bien embêtés au Figaro. Mais oui, Libé vient de faire très fort avec la couv’ et 15 pages sur Bashung.

Alors paf ! le jour ou Didier Barbelivien meurt, la direction du Figaro s’attend à recevoir un coup de fil de qui-vous-savez : « Il faut me faire la même chose que Libé avec Bashung, les gars là ! Parce que mon ami Didier, c’était un baladin, un prince de la variété, allez je compte sur vous ! »

Pensée du jour, Bashung

Posted in Hommage by loranji on mars 16, 2009

Autrefois les rock stars mouraient à 27 ans, rongées par la dope.

Maintenant, elles meurent à 61 ans, rongées par la clope.

bashung2

J’oubliais : Bashung, nous l’écoutons en boucle à la maison depuis un bon bout de temps, une dizaine d’année. Pour moi l’Imprudence est son disque le plus fascinant. Et un authentique chef d’oeuvre.

photo récupérée .

Geremek, un grand européen

Posted in Hommage by loranji on juillet 13, 2008

Bronislaw Geremek était un homme d’envergure et un honnête homme. Il avait de surcroît le bon goût de parler un français absolument parfait. Jamais entendu parlé un étranger aussi bien la langue de Chateaubriand.
Bronislawgeremek1177706899

Davantage qu’aimer Césaire, il faut le lire

Posted in Hommage by loranji on avril 18, 2008

Csaire_2_3

"Il vaut en effet d’opposer, chaque fois, à la pensée lisse et insidieuse du colonisateur une véritable conception du monde, qui le laisse tout étonné. Car la croyance de ce colonisateur est toujours qu’il est le seul à pouvoir penser le monde. Il accepte de vous toutes sortes de qualités, sauf celle-là. Il ne voit même pas que la pensée de l’ancien colonisé lui sert à se libérer de nombre d’entraves intellectuelles".

Aimé Césaire – « Nègre je suis, nègre je resterai »
Entretiens avec Françoise Vergès. Edition Albin Michel
Extrait du billet d’Hubert Artus sur Rue89

Pensée du jour en deux mots : le colonialisme ne doit pas seulement se rattacher à une période historique. Au delà de la lutte des Antillais (salut Toussaint Louverture) des Africains et de tous les peuples colonisés, ce qu’il convient ici à mon sens de retenir à travers les mots de Césaire, c’est aussi un "esprit colonisateur", une posture intellectuelle dominatrice : tout ce qui tend à réduire, amenuiser autrui au profit de soi ; tout ce qui tend à nier l’altérité, la diversité ; tout ce qui tend à interdire le dialogue, à confisquer la parole ; tout ce qui tend à uniformiser la pensée, à normer les choses selon un modèle impérieux, impérial, venant d’en haut, du puissant, du fort. Ces mots de Césaire disent, en creux, qu’il faut disputer à l’homme dominateur le pouvoir de penser le monde, le foyer. C’est une parole féminine.

Edit : « (…) la colonisation forme un tout, l’accaparement territorial n’en étant qu’une partie. On peut coloniser un pays, une famille, une amitié, un enfant, un amour, une musique (le jazz…), et même sa propre grandeur historique (F. Furet…) (…) la colonisation est aussi un processus philosophique, une pratique conceptuelle, une action intellectuelle. »
Gilles d’Elia sur Relectures.org

Yes !

Posted in Hommage by loranji on janvier 24, 2008

61519a62ca6b11dcbd3e4410b8cd8c0f

Jo-Wilfried Tsonga en finale de l’open d’Australie ! Pas à dire, c’est toujours émouvant d’assister à la naissance d’un champion français.

Et puis chapeau aussi à Francis Joyon qui a dépassé les limites de son sport.
533ff6eec7ff11dc9a027cf6e1c4c0f3

Quelle semaine !

Vie et mort d’un éditeur vivant

Posted in Hommage by loranji on décembre 21, 2007

Arton1176
" La vie nous lance en l’air comme des cailloux et nous disons de là-haut : "voyez comme je bouge. "

Le métier d’éditeur est sûrement l’un des plus beaux au monde lorsqu’il contribue à imprimer des auteurs splendides injustement méconnus. C’était le cas de Pessoa qui nous dit là, en quelques mots, l’une de ses vérités bien senties dans "le livre de l’intranquillité".

Je crois que c’est à travers Pessoa que j’ai découvert ces volumes longs, atypiques, à la couverture granuleuse (à l’époque) avec, rangé en bas à droite, le nom de cet éditeur qui vient de disparaître : Christian Bourgois. Un grand monsieur.

Condisciple de Chirac à Sciences Po, énarque, Christian Bourgois a choisi l’édition, sans doute parce qu’il avait compris que la vérité était dans les livres et non dans les salons. Toute l’élégance de son intelligence a consisté par la suite à ne jamais s’abaisser aux gesticulations assommantes de ce vatican des lettres qu’est le monde germanopratin.

J’ai un deuxième souvenir personnel attaché à Christian Bourgois, un autre souvenir de lecteur bien sûr : l’achat militant des Versets sataniques de Salman Rushdie au moment de sa sortie, au moment de cette fatwa aussi stupide que cruelle à l’encontre de l’écrivain qui – je l’ignorais – n’est toujours pas à l’abri. Bourgois a clairement risqué sa peau en publiant ce livre incandescent avec, dans mon souvenir, de longues pages délirantes, jubilatoires ; en un mot une ode à la liberté.

Mais il faut bien mourir un jour. C’est le jeu. "Tout coule" comme disait Héraclite. Le hérisson est écrasé par la voiture, l’éditeur est terrassé par la maladie. Tout coule.

"Mon âme n’était-elle pas déjà tourmentée, et l’existence n’avait-elle pas commencé à être une chose dont on souhaiterait qu’elle n’existât pas ? Si seulement j’avais pu dormir…" Arno Schmidt – Léviathan – Christian Bourgois Editeur

Photo : Olivier Roller

Mort de Stockhausen, l’un des derniers géants

Posted in Hommage by loranji on décembre 7, 2007

 

Un monument de la musique contemporaine vient de rendre sa partition. Avec Boulez et Berio, Karl-Heinz Stockhausen est l’un des plus grands compositeurs du XXème siècle. Ses Klavierstucks sont assez impressionnants.  Evidemment, il faut s’intéresser à ce que la musique peut aujourd’hui apporter à l’Homme.
Il faudra qu’un jour je vous cause de Boulez et Cage ! Et oui, je ne vous avais pas dit que j’écoute du contemporain, le matin en me rasant. Contrairement à ce que pensent certains, la musique contemporaine, ce n’est pas "dzing dong et re-dong". Ce sont des sons qui font sens.