l’orangie

Chine, Inde : pas assez de filles, trop de garçons, et c’est la guerre.

Posted in Social, sociétal, société by loranji on juin 16, 2011
chine inde démographie guerre homme femme agressivité

Petits d'hommes en pleine bagarre - Norman Rockwell

Et si les démographies chinoises et indiennes menaient ces deux pays tout droit vers une attitude agressive ; guerre civile ou guerre tout court ?

C’est la question que se pose Niall Ferguson, historien, économiste britannique et professeur à Harvard. En Asie, les démographes comptent 100 millions de plus d’hommes que de femmes. Mécaniquement, un homme sur cinq en Chine sera privé d’épouse. Est-il nécessaire de rappeler qu’en Chine et en Inde le fait de donner naissance à une fille relève de la calamité. La tradition privilégiant les garçons, notamment pour la transmission des biens.

Très concrètement, cela s’illustre par une scène que je vous invite à regarder précisément à 1’55 » de cette vidéo extraite du film de Manish Jhâ « Matrubhoomi: A Nation Without Women » . Une scène très difficile.

Mais revenons à Niall Ferguson. Il attire notre attention sur le fait qu’existerait une corrélation entre le degré de violence des nations et leur démographie majoritairement masculine. Il s’appuie en cela sur les travaux du sociologue allemand Gunnar Heinsohn. Selon ce chercheur, les pays qui ont connu les plus fortes poussées de violences durant ces dernières décennies reposaient, pour la plupart, sur une démographie « masculine » et « pubertaire ».

Autrement dit, un excès de testostérone tend à mener les pays vers le conflit intérieur ou extérieur.

On ne peut dès lors s’empêcher de penser que si les femmes étaient plus nombreuses, les nations seraient moins belliqueuses (à cet égard, ce mot est intéressant si vous vous attardez sur une certaine syllabe).

A moins qu’elles ne virent amazones, les femmes semblent bel et bien un gage de paix sur la planète. Une observation empirique, mais assez partagée semble-t-il de part le monde, révèle d’ailleurs qu’elles sont des éléments de stabilité et de « raison » au sein de leur environnement familial et social.

On peut bien sûr espérer qu’entretemps les mentalités aient suffisamment évolué (vers la globalisation édulcorante ?) au profit d’un statut de la femme conduisant à l’égalité des sexes.

Mais à quoi sert la politique, si ce n’est à accélérer le temps naturel des générations afin d’éviter les crises ?

Ainsi, pourrions-nous appeler de nos voeux qu’une diplomatie internationale, intelligente, capable de prendre au sérieux ce « risque caché » (je crois que c’est ainsi que l’on parle dans les milieux du risk management) attire l’attention des gouvernants des pays concernés sur ce problème, au premier rang desquels la Chine et l’Inde. L’ONU travaille paraît-il en ce sens. Mais ce n’est que l’ONU…

Publicités
Tagged with: , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :