l’orangie

Vico contre Descartes

Posted in Notes dans la marge, Uncategorized by loranji on mai 4, 2010

Lu dans le magazine littéraire, cette présentation de Giambattista Vico (1668 -1744) :

 » Une part de la vérité échappe au quadrillage géométrique : l’analyse critique nous a également fait perdre le sens de la synthèse. Pour le retrouver, il nous faut en passer par la « topique » définie comme un art du discours, apte à capter des savoirs disqualifiés par une raison trop exigeante : ce qui relève du vraisemblable, du sens commun, mais plus encore de l’imagination, n’est accessible qu’à un langage souple. Dans ce cadre, l’élégance même est outil de vérité. Vico réhabilite donc l’éloquence comme une nécessité scientifique et philosophique. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :