l’orangie

Une minute de votre vie. Et plus si affinités

Posted in Social, sociétal, société by loranji on octobre 15, 2009

Il paraît qu’on peut perdre son samedi matin à faire tout Paris pour trouver un collector de Michael Jackson. Il paraît qu’on peut faire la queue cinq heures pour voir un concert de Tokyo Hôtel ou de Ben Harper. Il paraît qu’on peut dormir une nuit entière devant la porte d’hôtel de Mylène Farmer. Il paraît qu’on peut se pousser par terre après trois heures d’attente pour entrer le premier chez H&M un jour de soldes. Mais il paraît que des gens meurent dans des chambres d’hôpital.

Il paraît qu’on est capable de ne plus avoir de week-end pour obtenir une promotion au boulot. Il paraît qu’on peut tolérer qu’un client ait une heure de retard si c’est un gros client. Il paraît qu’on passe des minutes interminables à lire des journaux sans aucun intérêt, et une heure et demie en moyenne à voir des films également sans intérêt. Il paraît qu’on peut rester trois-quarts d’heure au téléphone avec un vague copain pour ne rien dire. Il paraît qu’on se maudit de s’être encore fait avoir toute une soirée par une émission télé nullissime. Mais il paraît que pendant ce temps, des gens meurent dans des chambres d’hôpital parce qu’il leur manque quelque chose.

Il paraît qu’on peut attendre un amant ou une amante pendant toute une vie. Il paraît qu’on peut rester une demi-journée devant la porte de l’immeuble où habite une fille rêvée. Il paraît qu’on peut traverser le channel pour la retrouver. Il paraît qu’on peut écrire des heures devant son ordi à un garçon sur Meetic, et plus encore par mail à sa meilleure amie pour en faire un compte-rendu. Mais il paraît qu’on peut mourir au fond d’une chambre d’hôpital parce qu’on a un organe qui ne fonctionne pas.

Il paraît que le donneur qui aurait pu lui sauver la vie n’avait pas une minute à consacrer à ce sujet. Pas une.

Il paraît que le malade peut se dire que sa vie ne vaut pas le temps consacré à la recherche d’un collector de Michael Jackson, d’un concert de Ben Harper ou même d’une émission de télé foireuse.

Il paraît que c’est malheureux, mais que c’est comme ça.

Il paraît qu’en une minute seulement et quelques clics, on peut pourtant régler la question. Soit dire oui, soit dire non pour le don d’organe, mais au moins on sait pourquoi.

Il paraît que les proches, pour le jour où l’on passe de l’autre côté, se chargent d’informer les médecins que oui, on fait un don d’organe ou que non, on n’y tient pas. Mais tout est clair.

Il paraît que le jour de la greffe, le malade sourit à son donneur anonyme. Il sourit au monde. Il revit.

On ne sait pas s’il existe un paradis des donneurs – pourquoi pas non plus des médailles – Mais il paraît que les donneurs s’en foutent, que la seule chose qui compte c’est de savoir qu’au moment où leur propre vie s’arrête, elle va permettre à une autre de continuer.

Le 17 octobre, journée du don d’organe.
Prenez une minute pour en parler :
vidéo rigolote ici,
petit site sympa ,
et grand site avec tout plein d’infos .

Publicités

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. loic robaeys said, on octobre 15, 2009 at 9:24

    Bonjour,
    je vous félicite pour cet article dont je partage entièrement les idées.

  2. Jean said, on octobre 15, 2009 at 9:58

    Très belle note !

  3. Cyril said, on octobre 15, 2009 at 10:05

    Bravo ! Bravo ! Bravo ! Mon frère a bénéficié d’une greffe de rein… Je me souviens de l’attente, du bipper… Je me souviens de l’attente quand il était en salle d’op. Je me souviens d’être resté près de lui, lui tenant la main en attendant de savoir s’il allait vivre (une erreur en fin d’intervention, il a fallu le dialyser direct en sortant du bloc. Une horreur !) Je me souviens et tu as raison Laurent, le temps ne passe pas de la même façon dans ces moments là. Et n’a pas la même valeur…
    Très très belle note en tous cas.

  4. valvec said, on octobre 15, 2009 at 1:13

    Sans compter le temps passé à faire sécher du vernis à ongle ou à se poudrer le bout du nez ! ce texte est méga émouvant…

  5. romy said, on octobre 16, 2009 at 1:53

    oui…. magnifique et poignant….

  6. Lorangie said, on octobre 16, 2009 at 3:41

    Cyril, j’ai également quelqu’un de proche qui a été greffé. On comprend en effet mieux ce genre de choses quand on y est (in)directement confronté.

    Valvec, ajoutons le temps passé à se regarder dans le miroir, à changer de fringues qui ne vont pas et oui 😉

    Romy, merci à toi.

  7. […] – Après avoir lu ce billet sur le don d’organe, vous réaliserez peut-être mieux ce que représente une minute de votre vie. […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :