l’orangie

Disparaître numériquement

Posted in Social, sociétal, société by loranji on septembre 17, 2009

« Outre le gîte, le café Internet leur fournit une adresse, indispensable pour les démarches administratives, une façon de ne pas disparaître complètement. »

Il est comme ça, parfois, des phrases qui vous interpellent au-delà même de qu’elles veulent dire. L’article du Figaro évoque le sort de sdf tokyoïtes. Ceux-ci, à défaut d’insfrastructure sociale étatique ou humanitaire, se réfugient dans les cafés internet pour y trouver un peu de chaleur à l’abri de la nuit. Bien entendu, ils « achètent » ce moment de tranquillité en surfant à prix préférentiels sur le net. C’est aussi pour eux, comme le dit la citation que je reprends, un moyen d’effectuer des démarches administratives, d’envoyer un mail à sa famille lointaine, etc.

Ce qui est saisissant, je trouve, dans cette phrase, c’est l’idée qu’on puisse ne plus exister, disparaître des « écrans radars » en l’absence d’activité numérique. Ce qui, pour ces sdf japonais, s’avère être une nécessité urgente, se révèle être pour toute personne évoluant dans un monde « connecté », une manière d’obligation. Chacun peut le ressentir confusément : tout inactivité numérique prolongée ou définitive aurait désormais pour conséquence de nous supprimer – de nous « deleter » – du regard d’autrui. Plus précisément, à défaut de nous anihiler totalement, cette inactivité nous amputerait si sévèrement qu’il ne resterait de nous qui basculons, qu’une part infime de notre existence sociale, un « réduit » social, la cour des miracles…

Bien sûr, mon propos peut choquer. Quid de la chaleur humaine de la vie réelle, du lien social. Bien sûr, mais celui-ci – c’est mon sentiment – tend à marcher main dans la main avec son pendant numérique. Autant le dire, j’accorde, malgré toute la sympathie qu’il peut m’inspirer, peu d’avenir au fantasme écologique du « no web » sur le thème de l’errance et de la liberté retrouvée. Du jour de leur naissance, nos enfants seront « connectés » à cette réalité : l’osmose du monde réel avec le monde numérique au point de ne plus constituer qu’un seul ensemble.

On nous rabâche, à juste titre, dans les journaux qu’internet est une révolution. Une petite phrase comme celle-ci, glanée sur un journal, en apporte, en creux, la preuve.

Pas de wifi sous les ponts

Quai sdf 4

Photo prise lors d’un quart d’heure touristique à Paris.

Publicités
Tagged with: , ,

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Flavie CHANDELIER said, on mars 22, 2010 at 6:05

    Depuis longtemps j’ai voulu créer un blog WordPress et votre article me booste encore d’avantage


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :