l’orangie

Quand un sweat change une vie…

Posted in Ecologie et développement durable by loranji on juillet 22, 2009

Curieuse, la vie tout de même, quand on s’aperçoit que le destin d’une femme tient à un sweat shirt…

Au début des années quatre-vingt, Jacqueline Novogratz exerçait le métier de banquier, elle faisait partie de ces américaines bon teint que l’on l’on est enclin à croire plus préoccupées de la qualité du pli de leur tailleur et des primes de fin d’année que du sort des pays pauvres.

Voici qu’un jour, quelqu’un lui offre un sweat shirt bleu. Son nom est inscrit dessus. Jacqueline l’apprécie, le porte souvent. Puis les années passent, le vêtement s’use, passe de mode et la jeune femme décide de s’en séparer avec tout un lot de vêtements qui encombrent son dressing. Le sweat atterrit dans les locaux d’une oeuvre caritative. Quant à Jacqueline, elle passe à autre chose, sa vie de banquière n’attend pas…

Nous voici onze ans plus tard. Jacqueline Novogratz est en vadrouille quelque part en Afrique. Ses yeux se posent sur la foule de la rue, toutes ces silhouettes qui lui sont étrangères, et ce monde de pauvreté si lointain du sien… Soudain c’est le choc, un vêtement bleu flotte sur le dos d’un jeune homme, là, juste sous ses yeux, un sweat-shirt tout à fait identique à celui qu’elle portait, frappé de son nom… Aucun doute, il s’agit du sien ! La jeune femme est stupéfaite, médusée.

Que fait ce vêtement ici, maintenant, à quelques milliers de kilomètres des Etats-Unis, de l’autre côté de l’Atlantique, dans cette contrée perdue de l’Afrique où justement elle se trouve ? Jacqueline a bien du mal à ne pas y voir une signification tout à la fois profonde et bouleversante… Ce sweat-shirt élimé sur le dos de ce pauvre garçon, ce sweart-shirt qu’elle a porté flambant neuf onze ans plus tôt, montre à quel point l’inégalité entre pays pauvres et pays riches est criante, mais plus encore, il lui révèle que tous les êtres humains sont liés sur cette terre et forment bel et bien une communauté vivante. Pour le dire en plaisantant, Jacqueline vient de rattraper un véritable cours d’éthique en accéléré sur les rapports de l’individu et du Monde !

Dès lors, la jeune femme comprend qu’il est moralement indéfendable de rester imperméable à cette réalité. Et puis les possibilités qu’une telle rencontre avec ce vêtement étaient si faibles, qu’on serait presque tenté d’y voir l’oeuvre d’une main invisible. Lorsque la morale et le mystère se donnent la main, il devient difficile à une âme de retourner à ses petites affaires.

Suite à cette histoire – et sans doute aussi à d’autres prédispositions relatives à son histoire personnelle – Jacqueline Novogratz choisira donc de laisser son métier de banquière traditionnelle pour créer Acumen fund, un fonds d’investissement destiné à financer le développement d’entreprises ou d’organismes ayant pour objectif de combattre la pauvreté, la malnutrition, les problèmes de santé, etc. Allez voir le site (en anglais).

Bon maintenant, il ne reste plus qu’à essayer de savoir où atterrissent nos vieux vêtements (quand on les donne).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :