l’orangie

Rentrée : vos pires souvenirs

Posted in Social, sociétal, société by loranji on septembre 2, 2008

Lu sur Libé, le témoignage de François, 40 ans : «Les rentrées en primaire, je mâchouillais à fond mes cols de chemise. Comme c’était des gros cols, y avait de quoi bouffer. Je me souviens encore du goût du jus de tissu.»

J’ai dû faire pareil, mais ce que je retiens surtout de la rentrée quant à moi, c’est un souvenir récurrent ; le rituel obligé de ce mois de septembre, avec sa phonétique caractéristique, "sep", "tembre", dure et claquante, qui s’abattait comme un rideau de froid et de feuilles sur les mois aux doux sons de voyelles : août, juillet, juin…

Septembre à l’école, c’était l’odeur âcre et poussiéreuse des salles où nous allions passer nos journées et que compensait presque clandestinement, au fond des cartables, le parfum sucré de miettes de choco BN ; c’était les volumes grisâtres des préaux s’ouvrant complaisamment aux vents d’automne puis de l’hiver.

Le jour, précisément de la rentrée, c’était le vacarme des gamins – comme moi, mais si différents à la fois – et le flot cahotique des parents courbés, debout, agenouillés, vérifiant le contenu des cartables. Ce jour-là me signifiait que j’appartenais donc, malgré moi, à cette humanité fébrile, à ces piaillements de jeunes poulets qui, sous ces hauts-murs, indiquaient à quel point nous étions là, tous, de par notre âge, enfermés dans un lieu qui nous assignait l’enseignement…

0709rentreescolaireindex

Getty images

Publicités

5 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Cyril said, on septembre 2, 2008 at 7:48

    Ma rentrée de CE1… Ma grand-mère me met sur le porte bagages de son vélo… Arrivés à l’école, j’enfile ma blouse grise et ma grand-mère enfile la sienne : elle est dame de service à l’école… En classe, même pas pour frimer, je récite « la servante au grand coeur » de Baudelaire, que j’ai appris dans un volume des Fleurs du mal », relié par ma mère. La maîtresse est épatée ! Elle fait des compliments à ma grand-mère à la récréation. Moi, je sens qu’elle est fiere de moi, et je suis drôlement heureux !

  2. Denis said, on septembre 2, 2008 at 8:09

    D’années en années mes souvenirs disparaitront, en maternelle on reste devant la classe la petite larme à l’œil, et plus ça passe moins ma fille se soucie de nous, je n’ai même pas eu le droit à un dernier bisou ce matin, bientôt elle ne voudra même plus que je l’accompagne.
    Et le pire c’est que j’ai fait pareil étant gamin.

  3. Laurent said, on septembre 3, 2008 at 12:40

    Cyril, c’est vrai qu’il peut y avoir des sentiments de fierté (dans le bon sens du terme) très forts à l’école. Comme le jour où le prof lit ta dissert’ devant la classe…
    Denis, oui ça pousse… mais à la fois moi je suis content de voir mon aîné partir en 5ème avec cet état d’esprit de « grand » qui commence à vivre sa vie.

  4. romy said, on septembre 5, 2008 at 4:00

    moi j’en ai pas…. 😦
    je me souviens juste que j’étais toujours très contente et excitée les jours de la rentrée

  5. Laurent said, on septembre 8, 2008 at 10:46

    Veinarde ! 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :