l’orangie

Sentir à nouveau l’humus…

Posted in Social, sociétal, société by loranji on février 9, 2008

Bon, désolé, mais en ce moment tous ces thèmes ma passionnent. Tant pis si ce n’est pas très blogo-compatible…

Fes_pierre_rabhi_jpg

J’ai lu ces derniers jours une interview de Pierre Rabhi dont j’apprends qu’il tient un blog. J’ignore si vous le connaissez, mais se ce n’est pas le cas, je vous engage à lire ces lignes, extraites d’une interview d’un excellent ouvrage (comme d’hab) des éditions Autrement "Les nouveaux utopistes de l’économie". Allez, c’est parti, Pierre rabhi est "l’inventeur" de l’agro-écologie, un concept qui n’a rien de fumeux. 

" (…) l’agro-écologie telle que je la conçois n’est pas seulement un mode de production agricole. Pour moi, c’est aussi une philosophie qui peut avoir une influence importante sur les mutations de nos sociétés. On peut en rester à la technique ; c’est l’agriculture biologique. Mais ainsi que j’aime à la dire, on peut produire ou consommer bio et exploiter son prochain ! Devant les menaces qui pèsent sur nos sociétés et l’espèce humaine, on ne peut se borner à des changements biologiques ou techniques. Une nouvelle conscience s’impose. Cette dimension humaniste (je dis bien humaniste et non humanitaire, lequel, selon moi, n’est qu’un palliatif au manque d’humanisme) n’est pas gratuite. Elle ne fait que renouer avec une commune origine étymologique entre l’humanisme, l’humanité et l’humus."

Ca va ? Ca vous intéresse ? Continuons. Ce qui suit n’est pas moins intéressant.

" L’humus est l’élément clé de la vie : là où il n’y a plus d’humus, il n’y a plus de vie. Voyez comme elle se manifeste dans une forêt. Déchets organiques, brindilles, feuilles mortes, troncs, tout cela rentre dans un processus de transformation qui aboutit à un produit parfumé, l’humus, qui va ensuite se combiner à la matière minérale avec le concours des vers de terre et des micro-organismes. Cette association entre matières organiques et matières minérales donne le complexe argilo-humique qui, à son tour, donnera la terre féconde. C’est dire l’importance de cet humus issu des rebuts de la nature. C’est un élément clé de la fertilité qui n’a cessé de me fasciner tant il illustre la capacité d’engendre à la vie à partir de la mort. Il n’y a pas d’antagonisme entre la mort et la vie : ce sont deux éléments complémentaires. (…) Mais il ne suffit pas de composter (l’humus NDLR) il faut aussi "se" composter en transformant nos toxines intérieures en humus psychique ! "

Je crois fortement à cela : notre corps recèle un "humus" issu de notre histoire personnelle qu’il nous faut apprendre à accepter, nous devons apprendre (réapprendre ?) à lui accorder notre confiance ; laisser au temps, le temps de durer dans ce corps si proche et si étranger à la fois ; réapprendre la patience de la terre qui travaillent dans l’intime, et la beauté qui se laisse voir dans le jeu du feuillage naissant.

Publicités

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Tippie said, on février 10, 2008 at 11:23

    Merci Laurent.
    Cet homme me plait de plus en plus.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :