l’orangie

Barenboïm, la musique par-delà les frontières

Posted in L'art Sélavy by loranji on janvier 17, 2008

Rue89 en parle, Daniel Barenboïm devient vraisemblablement la première personne à posséder à la fois un passeport israëlien et un passeport palestinien.

Barenboïm, c’est l’initiateur avec Edward Saïd de l’Orchestre Divan Occidental-oriental, (site officiel ici) un ensemble symphonique qui réunit 80 jeunes instrumentistes d’Israël, du Liban, de Syrie, d’Egypte… et des Terroitoires palestiniens.

Symbole parmi les symboles, l’orchestre a été créé à Weimar en 1999 lors du 250ème anniversaire de la naissance de Goethe. On ne pouvait pas faire plus clair : la musique est l’un des phares de l’humanisme et de la démocratie. 

Faites l’expérience : saisissez un violoncelle, jouez comme Rostropovitch à côté du mur en béton d’une prison d’Etat et vous verrez… le mur devient dérisoire, ridicule.

Barenboïm fait pareil. Il joue Wagner en Israël parce qu’il a la conviction farouche que la musique de Wagner dépasse Wagner lui-même et ses idées nauséabondes. Il joue à Ramallah parce qu’il sait que les notes arriveront jusqu’en Israël. Et lorsqu’il joue à Tel-Aviv, ces mêmes notes doivent bien parvenir à quelques oreilles palestiniennes.

Il faudra bien qu’un jour cette planète comprenne qu’une poignée d’hommes ont été  capables – et sont encore capables – de changer l’atmosphère terrestre bien plus sûrement que les conquérants et les hommes d’Etat. Qui sont-ils ? Bach, Vivaldi, Mozart, Beethoven, Malher…

Il faudra bien qu’un jour les habitants de cette planète comprennent que le plus prestigieux des chef d’orchestre, comme le plus modeste des musiciens du métro, contribuent à faire vivre cet atmosphère, cette indéfinissable respiration humaine qui sait bercer, même, le coeur des animaux…
Barenboim
A lire : le site du mouvement La Paix maintenant.

Publicités

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. aldeaselva said, on janvier 17, 2008 at 12:24

    Le caractère universel de la musique,comme celui d’autres arts, ne lasse pas de surprendre. C’est pour cela que les hommes politiques en sont furieusement jaloux dans leurs tentatives désespérées de se l’approprier. Ils auraient meilleur rôle de s’inspirer de ce qui fait sa suprématie: son honnêteté obligée.

  2. Joyce said, on janvier 18, 2008 at 12:46

    La musique est universelle, intemporelle. On y est en apesanteur, c’est sans doute pour cela que l’on dit « qu’elle transporte ».
    Un art sans frontières. Les notes peuvent franchir un mur. Les mots, non.

  3. NGK said, on janvier 18, 2008 at 2:55

    Heureuse de te retrouver (je n’avais pas ton nouveau lien) !!! J’espére que tout va bien pour toi ! Trés bonne Année 2008!!! Bises. Nath.

  4. Laurent said, on janvier 18, 2008 at 3:19

    Aldeaselva, « son honnêteté obligée ». Je retiens. Très beau.
    Joyce, c’est vrai. ce que tu dis me fait aussi penser au pianiste Miguel Angel Estrella, emprisonné durant des années et qui s’entraînait et jouait dans sa tête son répertoire sur une bande de papier avec des touches noires et blanches…
    http://www.radiohc.cu/frances/especiales/especiales/febrero07/especiales21febrero.htm
    Nathalie, content de te revoir par là ! J’ai réactualisé ma fiche Freemen. Bonne année à toi. Et voili. C’est reparti 🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :