l’orangie

Génération D, G ou C ? C’est une question d’interrupteur.

Posted in Social, sociétal, société by loranji on octobre 22, 2007

Je viens de lire dans ELLE que Jennifer Aniston ferme le robinet pendant qu’elle se lave les dents. Ca tombe bien, je demande exactement la même chose à mes gars de 8 et 11 ans tous les matins et tous les soirs. Et oui, c’est cela, vivre dans des temps de développement durable, et c’est ce qui va accompagner tout au long de leur vie, semble-t-il, les membres de cette génération D. Génération « D » pour Digital (ou « Native Digital ») bien sûr.

Enfin bon, toutes ces histoires de robinets pas fermés, de lumières à éteindre, de chauffage à baisser, me rappellent furieusement mon enfance et les remontrances de ma grand-mère (née en 1902) qui elle, faisait en quelque sorte partie de la génération G. « G » comme Guerre, rationnement, privations, restrictions…

Un exemple, l’hiver ; elle n’éclairait sa maison que lorsque la pénombre devenait aussi dense que dans une scène nocturne de film noir. Et encore, elle ne s’accordait l’allumage que d’une timide lampe de buffet qui tremblait comme un luciole dans la grande pièce, tandis que l’on entendait : « consonne », « voyelle », voyelle »… Vous m’avez compris : l’ORTF Antenne 2 et Patrice Laffont se chargeaient d’éclairer l’autre bout du salon.

Evidemment, à ce régime électrique, il n’était pas question de laisser la moindre lumière allumée dans une pièce inoccupée. Ce n’était pas une question de moyens, c’était une question de « principe ». pour tout dire un principe moralisateur.

Ainsi, l’entame d’une tartine de beurre ou de n’importe quel plat valait obligation de finir. Et si l’enfant que j’étais pouvait marquer quelque hésitation ou dégoût, il s’entendait dire qu’en « Afrique, il y a des milliers de petits enfants qui n’ont pas à manger ». C’était cela la génération G. Elle prônait une manière de co-développement assaisonné de culpabilisation judéo-chrétienne.

Pendants ce temps, les enfants de la génération G, nés quant à eux dans l’entre-deux guerre, roulaient à 160 sur l’autoroute dans leur DS à phares jaunes et fumaient des cigares en portant des sous-pulls en Lycra ; ils étaient la cible des vieux films de Tati ou des colères de Giono contre les « automobiles », mais préféraient regarder des Sautet avec Montant roulant en américaine le dimanche soir à la télé. Appelons-la, la génération C. « C » pour Consommation bien sûr. Ajoutons « C » comme Carbone pour parfaire le tableau.

Mais la mienne, alors, de génération ; celle apparue au tournant des années soixante ?

Pas facile de faire sa place entre une grand-mère qui vous dit d’éteindre la lumière et une maman qui vous dit de la rallumer. Finalement, on en vient à faire clic-clac avec l’interrupteur et à rester le cul entre deux chaises, en l’occurrence deux modèles de développement planétaire.

Bien sûr, j’exagère. Tout va très bien, je vous rassure, et je ne changerais pour rien au monde mon baril de 65 (grande année de lutte pour les droits civiques des noirs aux USA) contre un baril de 39 par exemple (carrément désespérant ; pauvre Harvey Keitel qui porte en plus le nom d’une crapule nazie)

Linda_evangelista_8_2

Ci-dessus ma conscrite Linda Evangelista née le même
jour la même année que moi (10 mai 1965)

Une fois cela dit, avoir 42 ans en 2007, c’est tout de même se trouver pleinement confronté, pleinement responsable, voire même franchement coupable "face aux enjeux du développement durable" comme on dit dans les colloques. alors j’en viens, au bout du compte, à éprouver une sorte de vague connivence avec cette triste et restrictive génération « G ». Je la salue ici humblement – en même temps que ma défunte grand-mère – en rendant hommage à l’importance qu’elle accordait à certaines valeurs dictées par l’Histoire, ou plutôt imposées par elle.

Voilà que je commence à distribuer les bons et les mauvais points. Or, qui peut tenir la comptabilité des mérites et des errances des générations successives ? Les historiens ? Ce sont les plus prudents dans cet exercice. Bottons plutôt joyeusement en touche et n’oublions jamais que chaque génération est toujours la conne d’une autre.

Publicités

14 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Joyce said, on octobre 22, 2007 at 9:30

    D… comme difficile de se coller une étiquette.
    Moi aussi (bien qu’étant de l’année Iroshima) j’entendais « finis ton pain » etc…
    Sans doute à une période où j’étais « maman de jeunes enfants » j’étais moins modérée. On laissait la lumière la nuit dans le couloir « parce que j’ai peur ».
    Aujourd’hui, confrontée à la prise de conscience du « mal au ventre » de la planète et de mon indécente retraite, je me serre la ceinture, je ferme les robinets, j’éteins,et si je fais les comptes (à interpréter comme bon vous semblera), je ne m’en porte pas plus mal !

  2. laurent said, on octobre 22, 2007 at 1:22

    Joyce, complètement d’accord avec toi. Lorsqu’on fait attention (je ne parle pas de privation au sens douloureux du terme) les choses prennent davantage de valeur, je dirais qu’elles reprennent leur vraie place, ni trop ni trop peu. C’est assez reposant en fait, dans un monde saturé.

  3. romy said, on octobre 22, 2007 at 1:33

    Chez nous c’était comme chez ta grand mère…. pourtant mes parents étaient plus jeunes qu’elle (ta grand mère)….
    Pas de lumière allumée quand la télé était allumée
    Pas de télé après 22h30 « parce que ça coûte.. ».
    Pas de douche chaque jour, un bain pour toute la famille soit une baignoire d’eau pour tous les enfants nous étions entre 4 et 6 selon les périodes… parce que « faut pas gâcher ! » c’était uniquement le samedi soir !
    On avait une voiture assez grosse pour tout le monde…
    On ne se servait pas comme des ogres à table… un peu à chaque fois mais plusieurs fois car si on avait le malheur de ne pas vouloir finir, on nous gavait comme des oies… « parce que ça coûte et qu’en Afrique etc…. »
    Aujourd’hui on prend chacun 1 douche par jour selon la température, parfois 2.
    On a des petites lampes allumées de 40 watts un peu partout dans la maison, dès que le soleil décide de se coucher…
    On mange moins qu’avant, peu de viande, plus léger….
    on a pas de voiture mais des vélos et on prend le train.
    Et en Afrique c’est toujours pareil…

  4. romy said, on octobre 22, 2007 at 2:13

    Change ton blog it express 😉

  5. laurent said, on octobre 22, 2007 at 2:34

    Bien vue la description de tes grands-parents.
    Quant au Blog-it, j’ai songé à le changer, mais je souhaite en même temps laisser du temps au temps concernant René Dumont… Est-ce qu’il est énervant à force ?

  6. romy said, on octobre 22, 2007 at 4:24

    Alors oui c’est énervant (le blog-it);-)
    La description n’est pas celle de mes grand parents mais celle de mes parents!!!
    qui sont plus jeunes que ta grand mère, enfin j’imgine… c’est là le comble…. mais bon ils ont connu la grande misère… celle des bidonvilles etc…. donc cela peut se comprendre….

  7. laurent said, on octobre 22, 2007 at 4:59

    Et hop, c’est changé.

  8. romy said, on octobre 22, 2007 at 9:11

    bon visiblement il ne dérangait personne à part moi ;o)

  9. laurent said, on octobre 22, 2007 at 9:25

    Rien à voir : pourquoi t’es tu affublée d’un nez en patate Romy tout à coup ? Un rhume peut-être du côté de Charleville ? Allez, je compatis : ;0)

  10. jul' said, on octobre 22, 2007 at 10:19

    je ne me sens ni C ni D? peut être S comme salutaire? (ceux qui auront compris qu’il faut changer?)

  11. romy said, on octobre 22, 2007 at 11:03

    Laurent… bon alors je vais te réexpliquer….
    Puisqu’on dirait qu’il te manque un épisode….
    Je suis toujours en Charente Maritime… pas partie chez Rimbaud….
    Bon sinon je ne comprends pas pour la patate…. ah oui si je comprends… je trouvais ce petit nez rond bie sympathique…. pas toi ? tu préfères celui là 😉 ?
    bonne soirée…
    C’est sympa de revenir ici et de plaisanter…

  12. laurent said, on octobre 23, 2007 at 9:01

    Jul’, S comme Salutaire c’est en effet tout ce que l’on peut souhhaiter comme genre d’humains pour cette planète.
    Romy, autant pour moi. Mais ce nez rond comme un bout de charentaise, garde-le si tu l’aimes bien !

  13. romy said, on octobre 23, 2007 at 12:37

    en fait il esr moche ce nez ! je préfère l’autre 😉

  14. laurent said, on octobre 23, 2007 at 2:10

    Bon en tout cas, ce n’est pas avec des points et des virgules qu’on va rivaliser de beauté avec Linda Evangelista ou Brad Pitt.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :