l’orangie

No logo

Posted in Essentielles futilités by loranji on juillet 3, 2007

D’ici quelques temps, il est fort possible que les T shirt siglés D&G deviennent des choses que l’on enfouit au plus profond de son armoire en prenant bien soin de ne plus les voir… Ringard.

Exit sans doute aussi les lunettes frappées d’un ostentatoire Gucci. Et tutti quanti.
Guccicarre_2

A Milan, ce printemps, les créateurs se sont ingéniés à gommer leur identités visuelles de leurs collections. Il est en effet si facile à un contrefacteur de reproduire un « Prada » ou un « Lagerfeld » sur une vulgaire croûte de cuir.

Mais alors qu’y-a-t-il de plus difficile à imiter ? Qu’est-ce qui permet en outre de mieux se différencier du voisin sur ce marché aussi fructueux que concurrentiel qu’est le luxe ? La qualité.

Qualité du tissus, de la fibre, de la maille, de la coupe, du style. Bref, la qualité jusque dans le plus petit détail et dans la silhouette générale. L’idée dominante étant d’en revenir à des marques qui se reconnaissent par leur coupe.

Serait-ce le grand retour de la mode, la vraie, la généreuse ; et la fin des années frime ?

Personnellement, j’en serais content… Je ne me remets toujours pas d’un séjour à Saint-Trop’ et d’une escapade à Monaco ; avec cette impression de recevoir de gros logos rutilants en pleine figure à chaque pas.

Publicités
Tagged with:

12 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. romy said, on juillet 3, 2007 at 11:20

    Mon Dieu comme je te comprends….. St Trop’ ô secours…..
    Monaco n’en parlons po! (ah zut c’est l’accent du Nord qui revient de temps à autre…)
    Toi à St Trop’? c’est une blague?
    Pour les marques… on verra…. les grandes marques ne sont plus ce qu’elles étaient mon braaave!

  2. Joyce said, on juillet 4, 2007 at 8:03

    Le logo de celui-ci ou celle-là, s’est banalisé. Personne n’y prête plus attention.
    Effectivement, même sans plonger dans le luxe, certaines marques se reconnaissent à leur style, à leur coupe.
    Et je suis adepte d’une de ces « étiquettes à l’intérieur ». Une dame m’a demandé l’autre jour : « Votre trench, ce n’est pas du Comptoir des Cotonniers ? ». Ben si madame, bingo.
    Difficile aujourd’hui de trouver un tee shirt sans « affichage poitrinesque ».
    Même nos pneus de piétons ne sont pas épargnés… « Converse » c’est ps écrit mais « All star » est reconnaissable. Quant à mes adorées Birkenstock, reconnaissables aussi, mais « gravées » dans le cuir.
    Vivement les vêtements, lunettes et autres joyeusetés « tout nus » ou alors avec le logo en « incrustation » discrète comme certaines marques de sac au nom d’un hippodrôme.

  3. Joyce said, on juillet 4, 2007 at 8:03

    Regardez moi par exemple, pas la peine de signer mes commentaires, on me reconnait tout de suite.
    Ils sont plus longs que l’article !!!

  4. jul' said, on juillet 4, 2007 at 9:25

    ce serait tellement bien!! je refuse de servir d’homme-sandwich aux marques, ou alors il me faut le salaire qui va avec!!
    je ne vois pas où est la classe à servir d’affiche publicitaire
    il y a qqs mois j’ai vu aux supermarché (je ne citerais pas la marque, nananère!) porter un pantalon en imprimé « D&G » tous les 20cm, genre tapisserie! c’était tout simplement hideux

  5. rive droite said, on juillet 4, 2007 at 10:45

    Les logos pompeux dont on ne sait plus trop si c’est du vrai ou du faux continuent de faire des adeptes autant chez les parvenus que chez ceux qui rêvent d’y parvenir !… Les signes exterieurs de richesse n’ont pas dit leur dernier mot, vente oblige !

  6. laurent said, on juillet 4, 2007 at 12:03

    Romy, et oui tout arrive… Enfin, je suis allé aussi à Maubeuge… Tiens, c’est le genre de jumelage qui m’amuserait avec échanges scolaires etc, etc. Apprentissage des langues (mais oui, pour dire « bateau » à Saint Trop on dit « yacht » et à Maubeuge, on dit « barque »)
    Joyce, oui c’est vrai que les fringues du Comptoir des cotonniers sont assez reconnaissable. Moi, dans un registre différent, j’ai une vareuse de pêcheur breton le Glazik… Une coupe inimitable également. Quand on me croise on me demande où j’ai garé mon chalutier. 😉
    Jul’, tout pareil. Le truc est que les gens sont prêts à payer parce qu’ils se sentent valorisés de porter le signe d’une marque prestigieuse. C’est l’appanage des marques à forte identité, notamment dans le luxe et la mode.
    Rive droite, tu as raison ; les signes extérieur de richesse continueront à exister ; sous des formes différentes.

  7. romy said, on juillet 4, 2007 at 4:37

    tu me fais rire…. Il faut dire « Beurque » à Maubeuge pas « Barque »!!
    et moi je suis un peu comme toi….. j’ai de vieille bottes Aigle en caoutchou jaune qui arrive aux genoux…. une « bâche » Aigle blanche et lorsqu’il pleut pas mal comme en ce moment je les porte pour de petits trajets…. les gens me regardent de la tête au pieds….. en pensant aux marins échoués… mais « m’en fou »!!
    moi suis au sec mais pas à sec!
    Ca me rapelle une fois j’ai acheté des Ray Ban et la marque sur le verre m’embêtais beaucoup… je trouvais ça moche… j’ai demandé à la vendeuse de la retirer avec de l’acetone…
    elle m’a regardé comme si j’étais une extra terrestre… en me disant:  » en général les gens préférent la garder, c’est très rare ce que vous me demandez….. »

  8. romy said, on juillet 4, 2007 at 4:38

    ne pas faire attention aux fautes c’est horrible…..

  9. marie said, on juillet 4, 2007 at 6:14

    lol j’imagine bien la tête de la vendeuse 😀 😀

  10. romy said, on juillet 4, 2007 at 8:23

    @Marie…. oui elle m’a pris pour une folle….

  11. mamina said, on juillet 4, 2007 at 10:32

    No name… juste la classe. le top, quoi!
    Un jour où je demandais un tee shirt avec « rien d’écrit dessus », la vendeuse m’a dit d’un ton méprisant: »un tee shirt bon marché, quoi! » Non, je voulais juste ne pas être (ce qui est normal pour moi qui cuisine) une femme-sandwich!

  12. laurent said, on juillet 4, 2007 at 11:23

    Romy, « beurque » je retiens. Mais c’est dur pour Maubeuge…
    Marie, Ca vaudrait parfois la peine de filmer les têtes de vendeuses (et de vendeurs) en cachette parce que c’est vrai que parfois on dirait qu’il nous regardent comme des Martiens(nes)
    Mamina, femme-sandwich, ça n’est pas loin de la femme-objet ça 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :