l’orangie

Pour les escargots, j’ai un coeur d’artichaut. Quoique.

Posted in Social, sociétal, société by loranji on juin 24, 2007

Hier c’était jardinage. Enfin plutôt débroussaillage étant entendu que le jardinage chez moi relève plutôt de l’activité bi-annuelle.

Me voilà donc armé d’une cisaille (je ne suis pas tout à fait sûr du mot) bref, une sorte de grande paire de ciseaux à destination d’un coin assez peu accessible de fine pelouse qui, de mémoire d’homme – en tout cas la mienne – n’a jamais dû être tondu.

Clic et clac, je commence le travail délicatement, préférant pour ma (petite) pelouse une coupe sauvage, vaguement destructurée, un peu Camille Albane peut-être. Quand on y songe, la tondeuse, ça nous fait des pelouses militaires. Là, je suis plutôt dans la création, voyez-vous ; soulevant délicatement les longues mèches d’herbes et clic et clac, donc.

C’est alors que survient un instant de pure émotion. Un escargot, tel une Diane apparaissant au coin d’un bois d’une salade, se présente à moi, ventre à l’air dans les touffes herbacées, parfumées de printemps mouillé (il vient de pleuvoir).
Escargot_jardin

Rien d’érotique ici, mais le voir là, sain et sauf, à l’ombre des lames de la cisaille qui font environ trente fois sa longueur et dont il a pu sentir le souffle métallique sur sa nuque d’escargot (c’est un image), je me dis que je viens de sauver une vie. Mais oui, me dis-je, c’est certain : à moins de s’accrocher furieusement aux lames, ce gastéropode n’avait aucune chance de survie avec une tondeuse.

C’est ainsi que reprenant mon ouvrage, il m’est venu cette pensée dramatique : les jardiniers-tondeurs sont aux commandes de machines de mort qui inexorablement quadrillent les pelouses de leurs exigences aiguisées ; ces humains, marchant à la remorque de l’engin hurlant, ou juchés sur lui, tels d’impavides généraux sur leur chevaux, sont les maîtres d’une entreprise redoutable, sans pitié pour les petites bêtes ; écartelant le mille-pattes, démantibulant le scarabée, broyant la limace, écrasant des familles entières de minuscules insectes ; autant de petits êtres qui se tordent nerveusement au passage de la machine qui déjà, aspire leurs cousins des herbes voisines : authentique massacre pour jardin impeccable.

Mais mes réflexions du samedi ne s’arrêtaient pas là.

Tandis que je commençais narcissiquement à me féliciter de ma bienveillance envers les gastéropodes ; songeant dans la foulée à tous ces escargots qui peuplent les livres Jeunesse et amusent les enfants, je me suis souvenu que chaque année, du côté du mois de janvier, chez mon bien aimé beau-père, j’enfilais une serviette blanche à table et poussais un grand « ah, voilà les escargots ! » en craquant un morceau de pain dans la perspective de goûter la sauce, puis de m’avaler sans barguigner ma douzaine. Et vous savez quoi ? Là dans l’herbe fraîche de mon jardin, j’étais saisi par ce paradoxe : je n’éprouvais aucun remords pour ces escargots de Bourgogne du fait du plaisir qu’ils m’apportaient ; tout en constatant que mon escargot de jardin, remis de sa cabriole, s’avançait en chaloupant vers un coin de pierres salvateur.

Voilà : Je m’enorgueillisait de lui avoir sauver la vie grâce à ma nouvelle méthode de coupe très "développement durable", et  j’étais capable de réclamer une deuxième douzaine de ses semblables bourguignons.

Est-ce à dire que pour un escargot, il est plus digne de finir dans une gorge en extase au cœur de l’hiver, qu’entre les mâchoires insensibles d’une tondeuse ?

Ce serait là se livrer à une sorte d’anthropocentrisme vandammien tout à fait hors de propos. L’escargot, n’ayant pas fait de longues études, ne se pose pas ces questions et il n’a jamais écouté les conférences de Jean-Claude Van Damme. Nous ne pouvons pas lui demander son avis, et encore moins penser à sa place. Il faut nous débrouiller tout seuls.

Non. Ce qui apparaît davantage, c’est bien le fait que, nous les hommes, nous sommes capables des plus grands paradoxes dans notre rapport aux animaux. Le tout mélangé avec une délicieuse sauce à l’ail qui vient compliquer le raisonnement.

Publicités
Tagged with:

14 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. romy said, on juin 24, 2007 at 9:28

    C’est très drôle, en te lisant je me suis souvenue que lors d’une tonte (avec tondeuse, parce que 400 m2 de jardin à la cisaille non merci !!) de mon ancien jardin, j’avais sauvé la vie de quelques escargots et j’avais pensé comme toi….. très fière…. et bien entendu j’ai aussi pensé que je les adorais avec un beurre/persil/ail…….
    Je pense que c’est une réaction humaine, non??? puisque nous avons eu la même….
    J’ai eu l’eau à la bouche, de cette sauce et de ces petites bêtes en te lisant….. vivement Noël !! ;-))

  2. romy said, on juin 24, 2007 at 9:58

    chez http://mry.blogs.com/ on parle de toi!!!!! la claaaasse 😉

  3. r.d.t... said, on juin 25, 2007 at 12:09

    Une autre histoire d’escargot (ou plutôt un rêve)sur ce lien… on ne les mange plus de la même façon après !
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/minuscule/video/x2370a_minuscule-reve-descargot

  4. Gérard said, on juin 25, 2007 at 12:56

    dans les escargots…c’est la farce que je préfère, venant de loi cette réflexion est normale, blague à part tu es en avance pour la fête de « luma « !

  5. Gérard said, on juin 25, 2007 at 12:57

    il faut lire venant de moi !

  6. Laurent said, on juin 25, 2007 at 1:16

    Romy, on n’a plus qu’à passer la tondeuse ensemble, toi aux commandes, moi en sauveteur d’escargots.
    Et puis après… après… Qu’est-ce qu’on en fait ?
    On les… mange ? Ok je retire cette vilaine pensée 😉
    Rive droite, je viens donc de mettre en lien en ligne. C’est la deuxième fois que je vois un extrait de ce film dont j’ai oublié le nom. Et c’est la deuxième fois que je rigole en le regardant. Je vais finir par le montrer à mes gars.
    Gérard, « luma » : quoi qu’est-ce ? Des escargots dans une sauce à la tomate… des escargots tout « rouges » ?

  7. Laurent said, on juin 25, 2007 at 1:17

    Question technique, êtes-vous obligés de taper un code (Captcha) avant de commenter ? Moi oui. Ca m’agace car normalement le truc est désactivé.

  8. r.d.t... said, on juin 25, 2007 at 2:34

    C’est de la série « Minuscule » via Futurikon, dont beaucoup la compare au genre Tex Avery, sentiment que je ne partage absolument pas; Merci de l’avoir mise en ligne ainsi que le lien vers la chose qui me sert de blog perso !
    Sinon, on doit parfois remplir deux fois la Captcha…

  9. romy said, on juin 25, 2007 at 4:12

    le code Captcha c’est normal, j’ai vu des commentaires de lien porno sur des blogs qui n’en sont (évidemment) donc je pense que c’est mieux de les laisser…
    Laurent… avant de les manger les escargots, il faut les laisser jeuner et « baver », beuuuuuurk, moi je me charge de la farce et toi de faire baver la bête!!! d’ac?
    Pour la vidéo c’est drôle et bien vu…..

  10. Joyce said, on juin 25, 2007 at 4:37

    Comme je viens de revenir… je reviendrai lire ce que j’ai manqué. C’est pas clair ? C’est en harmonie avec le ciel.
    Dans mon jardin il y a une multitude d’escargots. De la taille S au XXXXXXXL.
    Je les transporte dans des coins ombrageux pour que le soleil de la Drôme ne les fasse cuire sur place.
    Et avant de mettre en action ma tondeuse à pissenlits (tout le monde n’a pas les moyens de gazonner british), je les mets dans un pot de terre (vous allez forcément sortir une ânerie avec le pot de fer)que je vais poser sous les buissons.
    Il y en a tellement que je pourrais en faire le commerce !!!
    Et tout comme toi… je pourrais en manger sans scrupules, vergogne, complexes, mais je ne pourrais pas toucher à l’un des « miens ». Il m’arrive même de les arroser quand j’en vois certains en difficultés au milieu de l’allée !!!!

  11. romy said, on juin 25, 2007 at 5:05

    tu n’es pas loin de l’élevage….. Joyce!! ;-))

  12. Camaienne said, on juin 25, 2007 at 5:56

    mon mari aurait aimé être éleveur de gastéropodes…. je ne vois plus qu’une solution, acheter une maison avec un jardin ?

  13. romy said, on juin 25, 2007 at 8:41

    @Camaïenne …oui et Laurent et moi viendrons tondre votre pelouse!!! 😉 comme c’est beau…..!

  14. Laurent said, on juin 25, 2007 at 9:28

    Merci Rive droite pour le nom, le lien et le reste.
    Romy, figure-toi que j’ai demandé à Typepad de me supprimer le Captcha. On verra bien s’il y a des engins masculins et des seins siliconés qui se pointent. Enfin avec nos escargots on devrait bien les dissuader non ?
    Toujours est-il : ne vous étonnez pas si vous voyez un commentaire qui parle d’anatomies humaines en action…
    Joyce, je me charge de l’ânerie : le pot de fer, c’est bien sûr ta poêle à frire non ? Pauvres escargots de la Drôme…
    A part ça, je t’imagines en train d’arroser un escargot en péril… Trop drôle. Es-tu au moins sûr qu’il ne meurt pas noyé ? Ah,ah.
    Camaïenne, es-tu sûr d’avoir épousé le bon mari ? 😉 T’imagines-tu condamnée à manger les invendus pendant toute l’année, après les fêtes… beuh.
    Oui, Romy, mais pour échapper aux escargots matin midi et soir de Camaïenne, je m’arrangerai pour régler la tondeuse en position basse
    (celui ou celle qui va lire ce commentaire sans lire le reste ne va évidemment rien comprendre…)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :