l’orangie

Le Tour se dope, mais pas le Blaireau

Posted in Social, sociétal, société by loranji on mai 26, 2007

Depuis que le Tour de France existe – ou presque – le dopage existe. J’ai eu l’occasion de m’intéresser de près à l’histoire du Tour et, en effet, dès les années trente, il a été question de dopage.

Je ne m’y fais pas. Mon enfance a été bercée par les compte-rendus radio du tour qu’écoutait mon grand-père. Le son emplissait la maison parce qu’il était presque sourd. Plus tard, j’ai regardé avec passion les fins d’étapes à la télé. Avec Robert Chapatte en grand prête et Jean-Paul Olivier qui se débattait avec les temps intermédiaires sur sa moto.

Je guettais les images de mes héros : le grand Merckx d’abord, puis la parenthèse Thévenet et puis enfin, celui qui allait pour moi, avec mes yeux d’enfant, devenir le plus grand : Bernard Hinault dit "le Blaireau", car cet animal ne lâche jamais sa proie.
1979hinault

Ceux que le vélo et le Tour passionnent comprennent que je pourrais ici faire un billet long, très long. Ce sport est si exigeant qu’il n’en est plus vraiment un. Il est si exigeant qu’il exige… une vraie littérature ; la plume de Blondin pour citer le plus fameux. On ne décrit pas le cyclisme sportif et le Tour en particulier, comme ça, en quelques mots. C’est trop dur. Mieux, c’est trop fort.

Et là n’est pas mon propos…

Non. Si je publie aujourd’hui ce billet, c’est parce que je viens de lire que Bjarn Riis, le vainqueur de l’édition 1996 vient d’avouer qu’il s’était dopé. Un de plus. Les cyniques diront que "oui, bien sûr, ils sont tous dopés." Ils ont raison.

L’ennui, c’est que je n’ai pas envie de resdescendre du nuage de ma  jeunesse ; je n’ai pas envie d’oublier les moments proprement magiques auxquels j’ai assisté, notamment – et surtout – avec Bernard Hinault, pour moi le plus grand champion français. Parce que le plus brillant et le plus humain tout à la fois.

Alors, que les imbéciles du ci-dessous se soient dopés me dégoûte profondément car ils brisent le mythe du Tour.
Virenque

Cyclisme_dopage_floyd_landis_reste_
Dopage_le_cycliste_erik_zabel_recon
Top_433290_3
Mais je veux croire que Hinault, figure chevaleresque de ma jeunesse, n’ait jamais touché à cela. Et que sa seule drogue, fut son caractère ; son incroyable volonté. Précisons au passage qu’il n’a d’ailleurs jamais été inquiété par une quelconque affaire louche, ni de près, ni de loin, comme on dit dans la police.

Voilà. En voyant à quel point le Tour se désagrège au fil des années, je n’ai plus que le souvenir de Hinault en tête. En tête de la course, bien sûr. Et c’est un petit trésor d’enfance.

Publicités
Tagged with:

11 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Joyce said, on mai 27, 2007 at 8:35

    Plus du tout adepte du Tour, il a tout de même été de grands moments de mon enfance. Tout comme toi, à la radio où forcément, il y avait des parasites qui faisaient grésiller les mots au moment de l’arrivée.
    Mais surtout, le Tour de France passait sur le remblai des Sables d’Olonne, là où vivaient mes grands-parents, à quelques mètres de la plage.
    Ouest-France nous distribuait des chapeaux en papier jaune et bleu, avec mon cousin, nous étions assis en bikini sur le bord du trottoir, les pieds dans le caniveau agitant un petit drapeau.
    Et comme les grands, nous hurlions vas-y Robic !!!! (c’était hier… ou avant-hier)Nous ne l’avons jamais vu, jamais vu aucun coureur d’ailleurs, les adultes nous piétinant pour être devant. Puis ça passait tellement vite. Juste le souvenir du bruit des roues au passage… Juste le souvenir que l’on redescendait sur le sable, que nous tracions des pistes et avec des billes de verre, nous jouiions à faire avancer nos cyclistes de plomb.

  2. Laurent said, on mai 27, 2007 at 11:11

    Superbe commentaire Joyce. Emouvant.
    A mon époque, c’était les cyclistes en plastique. Et en effet, aussi, sur les plages l’été, le poussage de billes pour les faire avancer… Ou bien encore des sprints à n’en plus finir sur le parquet du salon. Et je faisais osciller les figurines plus que de raison pour intensifier le moment. Tout en faisant les commentaires. Souvenirs…

  3. Joyce said, on mai 27, 2007 at 11:17

    C’était très en vogue sur la plage « de mon temps »… On s’échangeait les coureurs, les billes, on envoyait des espions pour voir le circuit des autres… et nous en avions des spectateurs qui se chargaient des commentaires !
    Au moins, on s’occupait « à jouer ». L’été fini, ma grand-mère « de la plage » rangeait tout ça dans un sac. Aux vacances suivantes, nous retrouvions le tout, maillots des coureurs un peu écaillés, mais passion intacte.

  4. Eric said, on mai 27, 2007 at 1:35

    ce matin j’ai lu une ITV d’un coureur italien des années 60 et il dit clairement qu’il prenait des trucs. Mais pas grave, suggère-t-il.
    si on remonte plus loin, Coppi était déjà bien chargé.
    Le dopage, en fait est de toutes les époques.
    Dans les années 80 c’était acceptable. Je pense que le vélo est resté relativement « propre » jusqu’à Lemond. Après, Indurain, j’ai des doutes.
    Quant à Armstrong, c’est au-delà du dopage: c’est du surnaturel. Du bon boulot! Bravo les médecins. On ne pourra jamais rien prouver.
    Mais c’est à cause de ce type que je ne m’intéresse plus au cyclisme. Il a tué quelque chose, justement les belles envolées qu’on aimait dans les années 80.

  5. romy said, on mai 27, 2007 at 2:23

    moi j’étais toute petite mais je me souviens de tout ça…. on entendanit beaucoup de le nom des champions cyclistes à la radio et l’imaginaire…. ma fois en prenait un sacré coup…. pas comme les images des JT, que nous ne regardons jamais d’ailleurs!!
    Mais il est vrai que c’est scandaleux toutes ces histoires de dopage…. pour tout les sports….quand on sait tout le fric qui tourne autour de ça, moi ça me reboute un peu de m’interesser, surtout dans le cyclisme…. quand j’étais petite il me semble que je collectionnais les images des coureurs…. souvenirs souvenirs….

  6. Laurent said, on mai 27, 2007 at 6:42

    Joyce, des espions pour aller voir les autres circuits ? Ca allait très loin alors !
    Eric, oui le dopage est de toute les époques. Je parle des années trente dans mon billet. j’ai retrouvé cet extrait (papier d’Albert Londres pour l’Equipe, rien que ça…) :
    « Les Pélissiers (les frères Pélissier) n’ont pas que des jambes, ils ont du jugement :
    « Vous n’avez pas idée de ce qu’est le Tour de France, dit Henri ; c’est un calvaire. et encore, le chemin de croix n’avait que quatorze stations, tandis que le nôtre en compte quinze (15 étapes). Nous souffrons du départ à l’arrivée. Voulez-vous voir comment nous marchons ? Tenez…
    De son sac, il sort une fiole :
    « Ca, c’est de la cocaïne pour les yeux, ça, c’est du chlorophorme pour les gencives…
    – Et les pilules ? Vous voulez voir des pilules ? Tenez, voilà des pilules. »
    Ils en sortent trois boîtes chacun.
    « Bref, dit Francis, nous marchons à la dynamite. »
    Fin de l’extrait. C’était en 1924… En fait, on peut se demander si le dopage n’est pas dans les gènes du Tour…
    Romy,c’est clair que le dopage est en train de tuer le Tour et menace indirectement beaucoup de sports. Après l’affaire Landis, le souvenir d’Armstrong, je serais curieux de voir l’ambiance en juillet prochain… Chaque année, on descend d’un cran.

  7. romy said, on mai 27, 2007 at 6:54

    Laurent je viens de relire mon post…. aus ecours comment as-tu fait pour comprendre? et d’ailleurs, as-tu compris? moi je n’ai rien compris… je n’avais pas bu, ni ne mettais dopée pourtant quand je l’ai posté ??? ;-))

  8. Laurent said, on mai 28, 2007 at 9:42

    Romy, Disons que j’ai dû te relire une ou deux fois… 😉

  9. Eric said, on mai 28, 2007 at 1:49

    Oui, on peut même dire que le dopage a commencé dès le premier Tour de France. A l’époque les coureurs roulaient jour et nuit. La café ne suffisait pas!

  10. Laurent said, on mai 28, 2007 at 2:33

    Je ne sais pas si on peut affirmer cela. En tout cas, il est clair qu’ils marchaient au café, à l’eau des fontaines… et au vin rouge.
    A l’époque, le vin rouge était d’ailleurs une forme de salaire des ouvriers agricoles (d’où d’énormes problèmes d’alcoolisme, mais c’est un autre sujet)

  11. papy said, on juillet 20, 2007 at 4:47

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :