l’orangie

BETC : une agence de pub qui renoue avec la mémoire

Posted in Hommage by loranji on avril 25, 2007

En 2001, L’agence conseil en publicité BETC – l’une des plus en vue à Paris –  emménage au 85-87 rue Faubourg Saint-Martin dans le 10ème arrondissement.

Deux ans plus tard, c’est le choc : la direction et le personnel apprennent  à travers un livre d’historiens que les lieux ont servi aux Nazis pendant la guerre afin d’entreposer les meubles volés aux familles juives ; après que celles-ci aient été menées à Drancy.
Ce fait serait sans doute resté inconnu sans le livre de Jean-Marc Dreyfus et Sarah Gensburger : "Des camps dans Paris. Austerlitz, Lévitan, Bassano. Juillet 1943- août 1944" édité chez Fayard.

Les dirigeants de BETC, conscients de vivre et travailler dans un lieu chargé de sens, décident alors d’amorcer un travail de mémoire. Une exposition vient de voir le jour : "La spoliation des juifs à Paris. Retour sur les lieux". Elle est ouverte au public et prend fin le 20 mai. 

Un article dans le Monde évoque l’initiative de cette agence. 

Publicités
Tagged with:

8 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Joyce said, on avril 26, 2007 at 8:42

    Belle initiative. Ne pas se taire, ne pas cacher.
    Un coup de chapeau à BETC pour donner la parole à la mémoire. Il y en a tant qui la baillonnent !

  2. Bonnie said, on avril 26, 2007 at 1:31

    on y va !

  3. Joyce said, on avril 26, 2007 at 5:26

    Je suis toujours trop loin ! Quoique… le 16 mai je suis à Paris. Oui mais, taxi-TGV-taxi-déjeuner-taxi-TGV-taxi… réanimation !!!

  4. Laurent said, on avril 26, 2007 at 5:31

    Joyce, pour la réanimation du soir, tu choisis pastis ou tisane ?
    Bonnie, tu as bien raison.

  5. Joyce said, on avril 27, 2007 at 12:06

    Pour la réanimation ce sera une grande bouffée d’air de la Drôme des collines en arrivant chez moi. Ajoute à cela le bonheur d’envoyer valser les chaussures et de retrouver le contact du sol… pierres, herbe, bois… en bref et pour faire court, une certaine forme de bonheur simple.

  6. Laurent said, on avril 27, 2007 at 9:52

    Attention, tout commentaire sujet à décrire un trop plein de bonheur dans la Drôme (ainsi que dans l’Ardèche, les Alpes de Haute-Provence, bref tous les endroits sympas) est susceptible d’être compensé par un long texte sur les bousculades du métro par grande chaleur aux heures de pointe entre les stations Barbès et Stalingrad. Non mais… 😉

  7. Joyce said, on avril 27, 2007 at 10:02

    Heu… c’est pas beau de menacer publiquement une sexygénaire sans défense ! (à part les immunitaires).
    Puis quand je vais à Paris je ne prends pas le métro, ni le bus.
    Mais prendre un taxi, c’est quelquefois une aventure au sens premier du terme.
    J’avais d’ailleurs fait un article « hep taxi » ! il y a un peu plus d’un an !!!

  8. Laurent said, on avril 27, 2007 at 12:38

    Ah les taxis. Parfois, avec eux, j’ai des envies de taxidermie…
    J’en mettrais un dans mon salon, toujours disponible, pas un mot de trop ; le taxi parfait quoi…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :