l’orangie

L’Alberta cherche bras et cerveaux français

Posted in Social, sociétal, société by loranji on avril 24, 2007

(Par Emmanuelle LANGLOIS, Sonya FAURE – Libération)

Là-bas, l’herbe est verte et le taux de chômage à 3,1 %. «Vous perdez votre emploi à midi, vous en retrouvez un à 13 heures», jure le porte-parole de l’ambassade du Canada. (…) L’Alberta est une province de l’Ouest canadien. Hier, sa ministre de l’Emploi, de l’Immigration et de l’Industrie, Iris Evans, était en France pour recruter. «En 2006, l’économie de l’Alberta a affiché un taux de croissance estimé à 7 %, a-t-elle expliqué devant des investisseurs, journalistes et représentants des services publics de l’emploi français. Notre problème est simple : notre population est insuffisante pour répondre aux pressions de notre économie.» Selon les estimations, dans les dix prochaines années l’Alberta pourrait manquer de 109 000 personnes. Des professionnels de la construction avant tout, mais aussi des ingénieurs, docteurs, pharmaciens, mécaniciens…

La suite sur Libération de ce jour.

Ca a l’air plutôt sympa non ?
Tourism_mountains_alberta_2

Publicités
Tagged with:

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Joyce said, on avril 24, 2007 at 4:22

    Mon frère est parti au Québec il y a plus de huit ans. Il en est revenu l’an dernier faute de travail. Puis vient de repartir pour quelques missions.
    Même en Alberta, un cerveau de 54 ans est-il encore considéré comme performant ?

  2. Laurent said, on avril 24, 2007 at 4:47

    S’ils délaissent les seniors tout en souhaitant l’afflux d’immigrants, c’est en effet paradoxal.
    Sauf peut-être si les profils disponibles et les formations ne correspondent pas aux besoins des entreprises, comme c’est le cas souvent par exemple en France.
    D’où l’importance de la formation tout au long de la vie professionnelle…
    Plus facile à dire qu’à faire.

  3. dubuc said, on avril 26, 2007 at 11:01

    C’est loin et il fait froid… Evidemment avec le « global warming », on peut espérer que les hivers moins rigoureux rendent la vie plus plaisante a fin fond de l’Alberta… Je vais qund même me renseigner!

  4. Laurent said, on avril 26, 2007 at 6:05

    Je suis d’accord, pour que l’Alberta soit vivable, un peu de chaleur ne nuirait pas à la calotte (je parle des glaciers bien sûr, pas de monsieur le curé)

  5. dubuc said, on avril 27, 2007 at 5:35

    En plus il ne faut pas parler de calotte aux canadiens!!! Chris’ de tabarnak d’calisss’ d’cibouère!!!!

  6. Laurent said, on avril 27, 2007 at 6:43

    Un copain m’a un jour parlé de « fuckin’ tabernacle », toujours d’actualité ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :